Retour

Saveurs

Les huiles végétales bio La Vie Claire

A chacun son huile

Pour assaisonner une salade, graisser une poêle, aromatiser un carpaccio, préserver sa santé… il y a autant d’huiles que d’utilisations. Trouvez la vôtre !

Indispensables pour les papilles, les huiles végétales alimentaires font l’unanimité de tous les nutritionnistes. Les pays méditerranéens l’ont bien compris avec leur régime crétois, une alimentation basée sur les fruits, les légumes et… l’huile d’olive ! Mais outre leurs goûts et leur prix, les huiles diffèrent par leur composition. D’où l’importance de bien choisir ses produits, et de varier les plaisirs entre les huiles extraites des graines (sésame, tournesol, pépins de raisins… ) et celles provenant des fruits (noix, olives, noisettes…) sans parler des plus inédites comme les huiles de chanvre, de lin, voire d’avocat ! Bien sûr, on ne saurait trop vous conseiller d’utiliser exclusivement des huiles biologiques. Non raffinées, elles conservent tous leurs nutriments et toute leur saveur.

 

De l’huile, quelle huile  pour quelle utilisation ?

Pour tous les jours

Tournesol, colza, sésame, olive, noix, carthame… Toutes les huiles ne sont pas dotées des mêmes nutriments, vitamines et acides gras. D’où l’importance d’alterner  leur consommation. De plus, certaines huiles sont plus aptes à la cuisson que d’autres. Les huiles d‘arachide et d’olive supportent bien la chaleur et sont donc recommandées pour les cuissons à la poêle. En revanche, les huiles de noix, de noisette ou de sésame ne s’utilisent que pour l’assaisonnement ou les marinades. Quant à l’huile de colza, si sa stabilité reste médiocre à la chaleur, il n’est pas dangereux de la chauffer comme on a longtemps voulu nous le faire croire (voir plus loin).  

 

L’huile de carthame 

Proche de l’huile d’olive, c’est une des meilleures sources en oméga 6 (en moyenne 75 g pour 100 g) appelés aussi acides gras polyinsaturés. Son goût léger et sa saveur douce, sa bonne tenue à la température grâce aux omégas 6, acide linoléique qui contribue au maintien d’une cholestérolémie normale, autorisent un large usage dans la cuisine de tous les jours.

 

Pour préserver son bien être

Cameline, pépins de raisins ou de courge, carthame, lin et surtout, les deux « petites-dernières » de La Vie Claire, l’huile d’avocat et l’huile de chanvre, naturellement riches en vitamines E sont parfaites pour préserver notre capital santé et diminuer le mauvais cholestérol. La vitamine E est particulièrement réputée pour son rôle d’antioxydant.  A noter aussi : excellent antirides, l'huile d'avocat régénère et réhydrate l'épiderme. A appliquer directement sur la peau, même la plus fine : contour des yeux, cou, mains … elle assouplit aussi les talons.

 

L’huile de chanvre

L’acide alpha-linolénique (Oméga 3) des huiles végétales retarde les pathologies liées au vieillissement. L’huile de chanvre présente le meilleur ratio entre les omégas 6 et omégas 3, c’est donc une des rares huiles contenant 2 acides gras essentiels (AGE) que l’organisme ne peut synthétiser.

 

Pour assurer son équilibre

Nous avons besoin d’une bonne proportion d’Omégas 3 et 6 ; le bon ratio devant être proche de 5, c'est-à-dire que l'alimentation devrait apporter 5 molécules d’omégas 6 pour une d’oméga 3. Pour bénéficier de ces deux acides gras, dans les bonnes quantités, goûtez donc l’huile de cameline et surtout l’huile de colza, à ce titre la meilleure élève, celle qui possède tous les acides gras dans des proportions idéales !

 

L’huile 5’Claire

Pour l'assaisonnement, notre mix de tournesol, sésame, carthame, colza et huile d'olive vierge permet une complémentarité bénéfique pour l'équilibre au quotidien. Pensez aussi à associer des huiles de petits formats (carthame, noix, pépins de courges…) aux autres huiles plus « classiques ». 

 

Pour la saveur

Certaines huiles ont un goût prononcé, celles de  noisette ou de noix de Macadamia, par exemple, qui plaît aux gourmets et aux amateurs de sensations gustatives originales.  Elles se marient à merveilles aux salades d’endives ou aux carpaccios de poissons. D’autres permettent de voyager un peu. L’huile d’argan par exemple et son délicieux goût fumé ou l’huile d’olive fruitée vierge extra de première pression à froid, vous transportent dans des contrées ensoleillées et enchantent votre palais !

 

L’huile de noisette

Cette huile bio première pression à froid est connue pour son goût exceptionnel , sa finesse et son originalité. Utilisez-la sans compter : quelques gouttes dans l’assaisonnement de vos crudités, en filet sur  une viande ou un poisson et même pour rehausser une pâtisserie ou une pâte à crêpes ! Outre sa saveur exceptionnelle, cette huile, très digeste, est riche en acide oléique, connu dans la prévention de l'augmentation du mauvais cholestérol, ainsi qu’en vitamine E et B. 

 

Notre partenaire fabriquant d’huiles.

Fondée en 1920, La Vie Claire a sélectionnée une huilerie familiale qui en est à sa quatrième génération ! D’abord spécialisée dans l’huile d’olive, l’entreprise s’oriente dès les années1956, vers d’autres huiles, à commencer par le tournesol. Aujourd’hui, elle produit une trentaine d’huiles bios, dont les quatre dernières nouveautés qu’on retrouve dans nos rayons : l’huile d’avocat, de chanvre, de noisette et de noix, conditionnées en quart de litre.

En quoi les huiles bios sont différentes des huiles classiques ?

D’abord la matière première : nos olives, tournesol, colza… sont produits par des producteurs locaux sur des terres bio, donc sans pesticides ni OGM ! Et contrôlé régulièrement. Ce n’est évidemment pas le cas des industriels.

Au niveau de la fabrication, nos ateliers sont certifiés bio. De plus, le process retenu est la première pression à froid, en réalité à température ambiante.  Les graines passent dans une presse qui les écrase afin d’en retirer l’huile. Celle-ci est ensuite filtrée puis conditionnée. C’est simple, artisanal. Les huiles « lambda » sont fabriquées selon des procédés industriels, avec des solvants et à très forte température pour en extraire le plus de produit. Le fait de chauffer à outrance n’est pas sans incidences : la graine est brûlée, l’huile devient noire, n’a plus de goût. Pour la rendre consommable, elle est raffinée, décolorée, recolorée, désodorisée et supplémentée en vitamine E synthétique. Sur le produit fini, les différences sont énormes : l’huile de tournesol industrielle, par exemple, a une couleur transparente, elle ne sent rien, tandis que la même en bio est jaune d’or, sa couleur originelle, avec une odeur caractéristique, très typée …  

Le produit bio a donc plus de goût et de qualités nutritionnelles ?

Absolument. Une salade mitonnée avec une huile végétale bio a de la saveur ; les jeunes consommateurs qui n’ont pas l’habitude peuvent s’en trouver surpris ! De plus, l’huile bio n’ayant pas été chauffée elle n’est donc pas dénaturée. Elle conserve ses nutriments, ses antioxydants comme ses acides gras, les fameux omégas 3, si sensibles à la chaleur ! Certaines huiles, comme celle de colza, contiennent en plus des omégas 3 et 6. Les acides gras sont fragiles et si la forte température les altère, la lumière n’est pas non plus leur amie. Nos  emballages en bouteilles opaques (versus les bouteilles en PET des huiles industrielles) les protègent. Mais pas ad vitam æternam : les omégas 3 sont vivants et l’huile bio se dégrade dans le temps ; elle devient rance. Contrairement aux huiles industrielles dans lesquelles on ajoute de la soude pour augmenter leur durée de conservation. Les nôtres se gardent 9 mois maximum pour certaines, (carthame, olive,, tournesol…) et pas plus de 6 mois pour d’autres(cameline, noix, pépins de raisins, sésame…). C’est aussi cela, manger responsable : n’acheter que les quantités nécessaires, ne pas stocker inutilement pour ne pas avoir à jeter !

La conservation dans les règles de l'art

La lumière, l’air et la chaleur sont les principales ennemies des huiles. C’est pourquoi les huiles de qualité comme celles vendues chez La Vie Claire sont vendues dans des bouteilles en verre teinté. Pour assurer une bonne conservation, gardez-les à l'abri de la lumière et dans un endroit frais (placard, réfrigérateur), loin des sources d'odeurs.

Le point sur le point de fumée !

En théorie, toutes les huiles sont utilisables pour la cuisson, pourvu qu’on ne les fasse pas fumer. Pour chaque huile, il existe une température critique appelée "point de fumée" au-dessus de laquelle il ne faut pas chauffer l'huile car ses composants se dégradent et forment des composés toxiques. Aussi il est conseillé d’utiliser des températures de cuisson ou de friture basses (inférieures à 195 °C) et d'éviter de faire fumer l’huile. D’une façon générale, il faut utiliser des huiles possédant majoritairement des acides gras mono insaturés, qui tiennent mieux la chaleur, comme l'huile d'olive. L'huile de noisette, riche en oméga-9, peut également servir en cuisson. Et l’huile de colza aussi car, contrairement aux idées reçues, elle reste très stable à la chaleur.

Voici le point de fumée de certaines huiles :

  • Huile d'olive : 210 °C
  • Huile d'arachide : 200 °C
  • Huile de colza : 210 °C
  • Huile de tournesol : 200 °C
  • Huile de lin : 160 °C

 

Première pression, pression à froid…  et si on y voyait plus clair ?

Pour les huiles végétales

PRESSION A FROID

Le pressage des graines ou des fruits est effectué à froid, sans préchauffage et à vitesse lente. L’huile est ensuite filtrée sur du papier non traité. 

PREMIERE PRESSION

L’huile est obtenue à la première pression et caractérisée par sa couleur soutenue et son goût plus marqué, à ne pas confondre avec celui de l’huile rance.

L’HUILE VIERGE

Cette huile de catégorie supérieure est obtenue uniquement par des procédés mécaniques, sans traitement chimique ni raffinage.

Pour l’huile d’olive

PREMIERE PRESSION A FROID

L’huile d’olive est dite « première pression à froid » quand elle est issue du pressage d’origine hydraulique des olives. 

EXTRAITE A FROID

C’est quand l’huile d’olive est obtenue par centrifugation des fruits en continu.

Le saviez-vous ?

Lorsque vous achetez votre huile, vérifiez qu’elle a un dépôt au fond de la bouteille, signe qu’elle n’a pas été raffinée !

Retour

A lire aussi

Dossier

Alimentation végétarienne

Les 6 commandements du végétal dans votre assiette

Non, il n’est pas nécessaire de manger de la viande à tous les repas voire tous les jours, car oui, on peut trouver des sources de protéines ailleurs. Changer son alimentation et passer à un mode de consommation plus végétal n’est ni dangereux ni contraignant. La preuve…

Petit conseil expert

Huiles végétales

Les huiles végétales

Les huiles végétales, elles ont tout bon !

Combien de fois n’ai-je pas entendu cette réflexion « comment, vous me dites de consommer 2 à 3 cuillères à soupe d’huile par jour alors que j’ai du cholestérol, alors que je suis en surpoids, alors que j’ai de l’arthrose… ! ».