Retour

Environnement

La culture bio en France ... et en questions!

La bio progresse dans notre pays où l’on compte de plus en plus de consommateurs et davantage de producteurs. Certes, il reste de nombreux efforts à accomplir mais tous les compteurs sont au vert. Réponses chiffrées.

La bio en France en quelques chiffres :

 

5.5% des exploitations agricoles en France en 2014 étaient bio, soit un peu plus de 4% de la surface agricole utile.

Elles représentent 1,1 million d’hectares, à la fin 2014, sur l’ensemble de cette surface, 100.000 ha étaient en conversion (dont plus de la moitié en dernière année du processus de conversion, qui dure 3 ans).

Ces chiffres sont encourageants puisqu'en 2014, +4% des surfaces certifiées bio et 26 478 producteurs bio en France.

 

Terres en conversion ou certifiées bio… Quelle

 

différence ?

 

S’engager dans l’Agriculture Biologique est une démarche longue. Ainsi, on définit la conversion comme une période de transition pouvant aller jusqu’à trois ans, au cours de laquelle l’agriculteur va modifier ses méthodes de culture ou d’élevage afin qu’elles soient conformes à la réglementation propre à la bio. 

Ce laps de temps sert également à régénérer les sols et à adapter les cycles de vie des animaux et végétaux présents sur l’exploitation. Ce temps permet enfin aux professionnels de se former à de nouvelles techniques et à de nouveaux modèles économiques. Une fois que les surfaces cultivées certifiées bio ont terminé leur période de conversion, les aliments issus de ces terres, rigoureusement analysés, sont les seuls à pouvoir bénéficier de la certification « produit issu de l’Agriculture Biologique ». Celle-ci est délivrée par l’un des huit organismes de contrôle accrédités par l’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité), comme Ecocert par exemple.

 

Quels défis pour la bio ?

 

On estime que 9 000 agriculteurs seraient prêts à convertir leur exploitation à l’Agriculture Biologique dès septembre 2015, ce qui aura pour effet de la rendre plus accessible à tous. On peut donc espérer que la consommation progresse, puisque plus d’un Français sur deux se procure déjà un produit bio au moins une fois par mois, tandis que la part de non-consommateurs recule : ils n’étaient que 12% en 2014 à ne jamais consommer de produits bio. Un des défis de cette agriculture reste de “coller” aux habitudes quotidiennes des consommateurs : seuls 10% des Français achètent un produit bio par jour. Bonne nouvelle cependant, d’après une enquête CSA /Agence BIO réalisée en janvier 2015, une grande majorité de consommateurs de denrées bio a déclaré vouloir maintenir ou augmenter sa consommation dans les mois suivants le sondage.

 

Retour