Retour

Bien-être

La flore intestinale

La flore intestinale

La flore intestinale : nous savons tous ce que c’est, mais comment se constitue-t-elle, quelles sont ses fonctions et comment la protéger ? Tant de questions… et de réponses.

Comment se constitue la flore intestinale ?

 

La flore intestinale se constitue dès la naissance, au passage du nourrisson dans le vagin. Puis c’est au contact de l’environnement et de sa mère, que la flore intestinale du nouveau-né va s’enrichir. Elle sera proche de celle de l’adulte vers 4 ans et sera
ensuite relativement stable au cours du temps. La flore est présente dans tout le système digestif, de la bouche au colon, mais c’est au niveau du colon qu’elle est la plus riche. Nos intestins hébergent 100 000 milliards de micro-organismes, soit 10 fois plus que le nombre de nos propres cellules, soit une masse de 1à 2 kg composée de 500 espèces différentes. Nous vivons en symbiose avec ces organismes qui sont pour la plupart du temps présentés comme des ennemis alors que sans eux, nous ne pourrions vivre.

 

A quoi sert la flore intestinale ?

 

Elle a 3 fonctions essentielles :

- Elle participe aux fonctions de nutrition en améliorant l’absorption des nutriments et en produisant des vitamines B2, B5, B6, B8, B12 et de la vitamine K.

- Elle participe au processus de défense en ayant un effet barrière ainsi elle empêche le passage des bactéries pathogènes dans le circuit sanguin mais aussi la prolifération de celles-ci et protège la muqueuse intestinale.

- Elle interagit directement avec les cellules immunitaires, elle a notamment un rôle de contrôle dans les allergies et l’inflammation.

 

Comment stimuler le développement de la flore ou sa bonne santé ?

 

- Avoir une alimentation riche en fibres : fruits, légumes, fruits séchés, fruits à coque, légumineuses, céréales complètes, algues, graines oléagineuses (tournesol, sésame, courge…)

- Consommer de bonnes huiles riches en oméga 3 et 6 : colza, noix, cameline, lin, carthame, sésame et des poissons gras.

- Consommer des aliments lacto-fermentés qui apportent des bactéries. Pour les consommer, vous avez l’embarras du choix : jus de légumes et de carottes, légumes en bocaux (choux, betterave, carotte), kombucha (boisson fermentée à base de thé) qui stimulera la détoxination de l’intestin. Tamari, soyu, miso sont aussi des produits lactofermentés qui viennent remplacer le sel et le vinaigre dans les assaisonnements ou les bouillons cubes.

- Consommer du pollen frais ou congelé, de préférence le matin dans une compote, une salade de fruits, une crème budwig. La congélation permet de préserver les nombreux nutriments présents dans le pollen (vitamines, oligo-éléments, minéraux, antioxydants) mais surtout les ferments qui vont permettre d’enrichir votre flore, de l’assainir en stimulant l’éviction des bactéries pathogènes. Pour ceux dont l’immunité est fragile, ne pas hésiter à en prendre quotidiennement ! C’est aussi un aliment à proposer aux enfants. Attention : le pollen peut être déconseillé dans certaines allergies, dans ce cas faire un test en ingérant deux grains de pollen et voir les réactions du corps !

- Consommer les yaourts K-Philus composés de plusieurs souches (acidophilus, rhamnosus et streptocoque) laissés à l’étuve 15h à 37°, très concentrés en lactobacillus.

 

Les compléments alimentaires pour renforcer la flore intestinale

Définition

 

LES PRÉBIOTIQUES :

Substances non digestibles souvent des fibres ou des fructo oligosaccharides qui vont nourrir et agir positivement sur la flore.

LES PROBIOTIQUES :

Micro-organismes vivants qui viennent enrichir la flore existante. De nombreuses souches et genres existent, parfois il faut en essayer plusieurs avant de trouver le probiotique qui convient à votre flore.

LES SYMBIOTIQUES :

Association de prébiotiques et probiotiques.

 

Quand les utiliser ?

 

Un transit trop rapide, une gastro, des diarrhées ou selles molles, des douleurs intestinales, un terrain allergique, une immunité défaillante, une colopathie fonctionnelle, la maladie de crohn, la rectocolite hémorragique : autant de bonnes raisons de faire une cure de probiotiques ou symbiotiques durant un mois en continu puis prendre 2 à 3 fois par semaine, éloigné des repas pendant plusieurs mois si nécessaire.

Pour les bébés et petits de moins de 6 ans, en cas de maladies à répétition, il est utile de leur donner un probiotique spécial enfant, car les bactéries ne sont pas identiques à celles des adultes.

Retour