Retour

Bien-être

Les petites plantes

Le regain d’intérêt pour les médecines parallèles et les remèdes naturels ont replacé l’herboristerie, tombée en désuétude pendant de nombreuses années, sur le devant de la scène.

La Vie Claire propose une large gamme avec plus de 60 types de plantes médicinales, simples ou herbes aromatiques sous différentes formes : fleurs, feuilles, baies, racines, sommités… ainsi que des infusions, mélanges de plantes, aux effets bénéfiques renforcés pour l’organisme. Vous prendrez bien une petite plante ?

 

L’herboristerie, Kesaco ?

 

Ce terme désigne le commerce des plantes médicinales, mais aussi le magasin où l’on vend ces plantes. L’herboriste (le mot vient d’herbula, «petites herbes» en latin), n’est cependant pas qu’un commerçant, c’est avant tout un connaisseur des plantes médicinales, c’est-à-dire

des végétaux non dénaturés par des opérations pharmaceutiques. Le terme « herboriste » apparaît au 15e siècle, il est lié à la médecine populaire, en opposition aux préparations élaborées de la médecine savante, réservées aux plus riches.

L’herboristerie se pratique depuis la Préhistoire, et les premiers textes traitant de cette discipline ont été retrouvés en Orient, notamment en Mésopotamie, en Inde, en Égypte ou en Chine, entre 2000 et 3000 ans avant J.C.

 

Convaincus par le pouvoir des plantes ?

 

 

Voici un petit inventaire à la Prévert pour vous aider à faire votre choix :

Aubépine 

Crataegus oxyacantha 

Elle est surnommée « Fleur des amoureux » depuis l’Antiquité. Cette plante aurait des bienfaits pour soigner les troubles du sommeil.

Cynorrhodon ou églantier 

Rosa canina 

Ses fruits étaient utilisés pour se protéger des morsures de chiens atteints par la rage. Ils sont particulièrement riches en vitamines B, C et provitamine A. On l’utilise donc en infusion (environ 8 baies par tasse) contre la fatigue.

Eucalyptus

Eucalyptus globulus  

L’eucalyptus ou gommier bleu est originaire d’Australie. Les composants de cette plante (notamment l’eucalyptol ou cinéol), ont des effets bénéfiques sur l’appareil respiratoire, notamment une action antiseptique. Elle peut donc être conseillée pour éviter les maux de l’hiver.

Lavande

Lavandula angustifolia 

Le nom de cette plante vient du latin “lavare” qui signifie laver. En effet, elle est utilisée depuis des temps immémoriaux pour laver le linge, d’où le surnom des “lavandières”. Elle est conseillée en infusion pour calmer le stress, l’anxiété, la nervosité ou pour favoriser l’endormissement.

Mélisse

Melissa officinalis 

Cette plante originaire des Balkans et de l’Asie était utilisée par les Arabes pour « chasser tous les nuages noirs », autrement dit, lutter contre la dépression et la mélancolie.

Pensée sauvage

Viola tricola 

Au 16e siècle, cette fleur était déjà utilisée pour soigner les problèmes de peau, sous forme d’infusion ou de lotion. Pour bénéficier de ses propriétés, il faudrait la boire en infusion durant au moins 15 jours.

Pissenlit

Taraxacum dens leonis 

Originaire d’Europe et d’Asie septentrionale, le nom de cette plante est inspiré de ses propriétés diurétiques, découvertes au 16e siècle. Ses propriétés diurétiques favorisent l’élimination des déchets et des toxines de notre corps.

Reine des prés

Spiraea ulmaria 

Cette plante a joué un rôle dans l’invention de l’aspirine, en permettant de synthétiser l’acide salicylique dans les années 1890. Elle peut être bue en infusion en cas de fièvre ou de grippe.

Sauge

Salvia officinalis 

La sauge était sacrée chez les Grecs et les Romains dans l’Antiquité. Un proverbe dit même : « qui a de la sauge dans son jardin n’est jamais malade ». Elle est particulièrement indiquée pour soigner les maux féminins. Cette plante permettrait en effet de réguler le cycle menstruel et d’atténuer les divers effets secondaires de la ménopause. Utilisée en cure durant le dernier mois d’une grossesse, l’infusion de sauge atténuerait les douleurs de l’accouchement.

Thym

Thymus vulgaris 

Ses feuilles étaient utilisées par les Anciens Égyptiens lors de l’embaumement des morts. Brûlées, leurs fumées servaient à désinfecter les temples. En effet, elles sont riches en huiles essentielles dont certaines substances actives ont des propriétés antiseptiques et astringentes. Cette plante permettrait de limiter un ensemble de troubles digestifs. On peut la boire le matin pour profiter de son action stimulante.

Vigne rouge

Vitis vinifera 

Cette plante permettrait de régler un grand nombre de problèmes circulatoires comme les jambes lourdes. Grâce à sa richesse en tanins, ses propriétés astringentes seraient efficaces contre la diarrhée.

 

 

Comment les préparer ?

 

Chaque partie des plantes doit être traitée d’une façon différente, afin d’en extraire les principes actifs. Cependant, il est conseillé de filtrer votre boisson à l’aide d’un tamis fin avant de la boire.

En infusion

Les fleurs, les feuilles, les baies et les graines se boivent en infusion : versez un demi-litre d’eau bouillante sur 3 à 5 g de plantes, couvrez et laissez reposer 10 minutes.

En décoction

Les racines, les écorces et les graines seront plus efficaces sous forme de décoction : jetez 5 à 10 g de plantes dans un demi-litre d’eau bouillante et maintenez à ébullition durant 10 à 30 minutes.

Par macération

Certaines racines (bardane, par exemple) nécessitent une macération pour être efficaces : laissez tremper 5 à 8 g de plantes dans un demi-litre d’eau pendant deux heures. Pour bénéficier de ses propriétés, il faudrait la boire en infusion durant au moins 15 jours.

Interview express

Pour sa gamme de plantes en sachets vrac, La Vie Claire collabore depuis de nombreuses années avec le C.A.T. de La Vie en Herbes.

Rencontre avec Philippe Ferrer, son directeur.

Retour