Les huiles essentielles bio

L’huile essentielle est une substance volatile qui fait partie de la structure interne d’une plante aromatique. Elle provient de différentes parties, selon la plante dont elle est issue : des poils présents sur certaines feuilles (géranium, patchouli…), des feuilles elles-mêmes (romarin, basilic), des pétales (lavande, rose ou jasmin), du bois (cèdre) ou des racines (gingembre). Selon le genre, l’espèce, la variété botanique ou l’origine de la plante, ses propriétés diffèrent.

L’analyse des composants végétaux d’une plante, de son pays de culture, de ses conditions de croissance (en plaine ou en altitude, à l’ombre ou au soleil…) déterminera la qualité de son huile essentielle et ses principes aromatiques, d’où l’importance capitale de la rigueur dans la sélection des matières premières

Comment extrait-on les huiles essentielles ?

Il existe deux modes d’obtention des huiles essentielles.

La distillation reste la principale méthode d’extraction des essences. Les parties de la plante sélectionnées sont placées dans un alambic. On y introduit de la vapeur d’eau qui passe à travers ces matières végétales et libère les molécules aromatiques. Les huiles remontent hors des fibres végétales et forment une vapeur parfumée. Cette vapeur est refroidie puis condensée. Elle se sépare ensuite de la phase aqueuse par différence de densité, on obtient alors de l’huile essentielle d’un côté et de l’eau florale de l’autre (eau de rose, de bleuet, de fleur d’oranger…).

On extrait les huiles aussi par expression pour la fabrication d’huiles citriques (citron, mandarine, orange…), ce procédé consiste à presser littéralement la peau des agrumes pour récupérer leur essence. L’huile obtenue est séparée de la phase aqueuse par centrifugation. C’est une action mécanique qui ne fait intervenir l’utilisation d’aucun solvant.

C’est parce qu’on extrait des plantes toute l’essence de leurs substances que les huiles essentielles sont si efficaces. Leurs molécules sont concentrées, leurs bienfaits aussi.

Comment agissent-elles ?

Elles ont globalement deux voies d’accès vers notre organisme. La peau (en massage, ou dans le bain) et le nez (inhalation, diffusion atmosphérique).

Après application d’une huile essentielle sur la peau (toujours diluée dans une huile végétale type amande douce ou jojoba), les molécules pénètrent l’épiderme et rejoignent le réseau sanguin. Elles peuvent alors aider à combattre les infections en stimulant les défenses immunitaires, à apaiser les muscles douloureux ou à augmenter le taux d’endorphine. L’effet des huiles est plus notable en massage que lorsqu’elles sont diluées dans un bain.

En passant par le nez, les molécules des huiles essentielles atteignent les voies respiratoires lors de l’inhalation (le moyen le plus efficace) ou en diffusion atmosphérique, idéal pour déboucher les sinus ou apaiser la toux.

Qu’est-ce qu’un « complexe » ?

L’association de plusieurs huiles essentielles, choisies en fonction d’un objectif précis, permet d’agir de manière synergique. Ces formules sont appelées des « complexes ». Les complexes permettent de bénéficier de l’action conjointe de plusieurs huiles essentielles sans risque d’effets secondaires grâce à leur formulation parfaite, un dosage idéal et une grande facilité d’emploi.