Henri-Charles Geffroy, le visionnaire

A l’heure où La Vie Claire souffle ses 65 bougies, petit retour en arrière et portrait de son fondateur, Henri-Charles Geffroy. Ses idées vous rappellent quelque chose ?
Normal, cet homme éclairé avait 65 ans d’avance !

Un battant

Henri-Charles Geffroy est né en 1895 dans une famille aisée d’éditeurs parisiens. De faible constitution, il consulte les plus grands pédiatres durant toute sa jeunesse. 

Ce n’est qu’en 1914 avec l’arrivée de la première guerre mondiale et son engagement volontaire au front à l’âge de 19 ans, qu’il retrouve une meilleure condition.

Il sort miraculeusement indemne de la première ligne après quatre ans de combats, mais il n’échappe malheureusement pas au gaz pendant la dernière année du conflit.

Il se marie et a trois enfants.

Sa santé se dégrade. En 1935, les médecins ne lui donnent pas trois mois à vivre.

Un article publié dans le journal va inverser le cours des choses…

Tout cru

 

La méthode du docteur Sauerbruck et du professeur Gerbson, médecins allemands, a fait ses preuves sur un grand nombre de gazés et de tuberculeux. Leur régime alimentaire prône l’évitement des produits d’origine animale et préconise la consommation de fruits crus, céréales et la cuisson de certains légumes. 

Sa santé s’améliore très vite. Henri-Charles Geffroy décide alors de donner des conseils à son entourage sur cette cure miracle qui a fait ses preuves sur lui. Il participe ainsi à de nombreuses émissions de radio pour témoigner.

En 1941, il décide d’informer la cause publique et réunit ses préceptes dans un petit livre “Nourris ton corps” (épuisé à ce jour). Il y explique comment bien manger et cuisiner en revenant à une cuisine basique et saine.

 

Mais Henri-Charles Geffroy ne se fait pas que des amis. Beaucoup l’accusent d’aller à l’encontre du progrès en revenant à une manière de vivre obsolète.

Pour s’exprimer plus librement, il fonde en août 1946 la revue La Vie Claire. Apolitique, indépendante, sans but lucratif ni attache confessionnelle, La Vie Claire s’adresse à ceux qui aspirent à “penser clair, à voir clair, à agir clair et à vouloir vivre clair.’’

La revue, qui traite de la défense d’une alimentation saine, la lutte contre le nucléaire ou le rejet de la pollution, fait de son fondateur le précurseur de l’écologie. 

Et le premier magasin fut

 

En 1948, il crée la première coopérative La Vie Claire afin que ses lecteurs puissent trouver dans le commerce des produits alimentaires sains, comme du pain complet, des céréales… Avec l’Aliment Sain, entreprise créée en 1952 qui fabrique et vend les produits approuvés par La Vie Claire, la machine est lancée. Les années 60 voient la multiplication en province des magasins La Vie Claire. Henri Charles Geffroy s’éteint paisiblement à l’âge de 86 ans en 1981, après 50 ans de combat pour une vie plus saine, une vie plus claire.

Les préceptes

Pour Henri-Charles Geffroy, être en bonne santé, c’est s’alimenter sain.

Explications. Manger des fruits et légumes crus, de préférence. S’il n’est pas question de supprimer dès le départ les plats cuits de son alimentation, il convient de remplacer petit à petit les légumes cuits par des légumes crus. Tous les légumes sauf la pomme de terre. Au départ, râpez-les, coupez-les en fines lamelles pour rendre la mastication plus facile. Vous pouvez aussi les assaisonner légèrement avec un jus de citron, de l’huile, une poignée de noix ou d’olives, conseille le fondateur de La Vie Claire. Les légumes crus permettent d’arriver plus rapidement à une sensation de satiété, et contre toute idée reçue, ils sont faciles à digérer. 

Henri-Charles Geffroy donne l’astuce de créer ce qu’il appelle une ‘’basconnaise’’ : des légumes coupés en fines lamelles et disposés dans un grand plat, à disposition des convives. Les légumes crus se mangent au début du repas, avant les aliments cuits.

Henri-Charles Geffroy privilégie aussi la consommation de fruits crus et déconseille les compotes, confitures… Les fruits crus permettent l’action des glandes salivaires et préparent à la digestion. Il faut donc les déguster au début de chaque repas et non à la fin comme on a l’habitude de le faire. Si vous souhaitez manger vos aliments cuits, Henri-Charles Geffroy  préconise une cuisson à l’étouffée afi n de préserver leurs bienfaits.

Avant tout le monde, il conseille enfin de préférer les fruits et légumes de saisons, locaux. 

Privilégier les céréales

 

Les céréales sont un excellent complément aux fruits. 

Pour éviter d’avoir faim, il faudrait manger environ 200 g de céréales par jour, selon Henri-Charles Geffroy, dont le pain qui est un élément essentiel de l’alimentation. Mais pas n’importe lequel ! Le pain blanc, bien qu’ayant l’air plus attrayant, est plus pauvre que le pain à la farine complète. En effet, cuit de façon industrielle, l’amidon ne contient plus de propriétés bienfaisantes. Préférez donc un pain complet, à base de farine fraîche, moulue, sans levure chimique. S’il est un peu rassis c’est encore mieux.

L’idéal est finalement de faire son pain soi-même.